Récits du vieux Taounate

تاونات في الماضي سنة 1925

تاونات في الماضي سنة 1925

 

Taounate.net/En hiver, la place du centre-ville de Taounate disparaissait sous un brouillard épais et d’un blanc éclatant tel le blanc d’un linceul qui l’enveloppait comme une ville morte de froid. Et, quand je la traversais, très tôt le matin pour aller à l’école, je ne pouvais pas voir plus de deux mètres devant moi. Les gens, presque invisibles ressemblaient à des fantômes. En ces moments-là, j’avais toujours eu l’impression de marcher sur la surface de la lune. Autour d’elle, les montagnes prenaient une couleur métallique. Le mont Senhadja allongeait sa tête de monstre, chauve et inhospitalière vers les nuages. Des nuages sombres et chargés de pluie qu’ils déversaient impitoyablement sur la ville tout au long de l’hiver.
Il devenait alors difficile pour moi de quitter ma couche (je ne parle pas de lit, on dormait à même le sol) chaude et douillette, tôt le matin pour aller à l’école sous le vent , la pluie et les bourrasques. Les rafales de vent me fouettaient le visage, et s’acharnaient contre mon parapluie pour l’emporter, le froisser, le casser. Les voitures m’éclaboussaient. Et quand je marchais sur des flaques d’eau je recevais des jets d’eau jusqu’au bas- ventre. J’arrivais à l’école tout grelottant, tout mouillé comme un canard. Et dans la salle de classe jamais chauffée, mes dents claquaient dans ma bouche ,et , dans mes vieux souliers usés, les doigts de mes pieds devenaient gelés comme des glaçons.

Mohamed El-jay
(Taounate-hiver 1985)

عن الكاتب

صحفي

تاونات جريدة إلكترونية إخبارية شاملة مستقلة تهتم بالشأن المحلي بإقليم تاونات وبأخبار بنات وأبناء الأقليم في جميع المجالات داخل الوطن وخارجه.

عدد المقالات : 6197

اكتب تعليق

لابد من تسجيل الدخول لكتابة تعليق.

2014 Powered By Wordpress, By MinِCom -- Copyright © All Rights Reserved - Taounate.Net

الصعود لأعلى