Livre paru « SAHARA MAROCAIN DE LA MARCHE VERTE À GUERGARATE » de Bouzid AZZOUZI

Rabat :« Taounate.Net »/-Le nouveau livre «SAHARA MAROCAIN DE LA MARCHE VERTE À GUERGARATE», publié par l’auteur marocain( d’origine de Taounate Pr Bouzid AZZOUZI raconte les Liens juridiques et relations socio-culturelles, la géographie de cette vaste contrée, son histoire, son économie, voire son droit.

Conçu, rédigé et publié juste quelques semaines après l’émergence des événements de Guergarate le Vendredi 13 Novembre 2020, cet ouvrage de 313 pages est un document de référence.

Muni d’un arsenal solide  et imposant de cartes et de traités : de l’Acte Général de Berlin du Jeudi 26 Février 1885 au traité de l’UMA à Marrakech le 17 Févier 1989 en passant par l’acte d’Algésiras en 1906, les actes du protectorat le 30 Mars 1912 et de l’indépendance le 02 Mars 1956 à l’avis consultatif de la Cour Internationale de Justice-CIJ à la Haye le 16 Octobre 1975.

L’Auteur, le Professeur Monsieur Bouzid AZZOUZI présente les preuves juridiques, historiques et politiques incontestables de la MAROCANITÉ DE NOTRE SAHARA.

Ce nouveau livre sur notre SAHARA présente sa MAROCANITÉ inscrite dans l’historicité de l’Histoire.

POLISARIO et RASD : ENFANTS BATARDS ET ILLÉGITIMES de L’ALGÉRIE 

Mais oú étaient ces entités fantoches quand l’Espagne occupait le Sahara ? 

Pourquoi ne combattaient-ils pas le colonialisme espagnol ? 

Pourquoi avaient-ils attendu 1971, 1972 et puis 1973 pour être conçus et pondus par l’Algérie ? 

L’histoire est encore très fraîche.

En 1969, le MOREHOB : Mouvement Révolutionnaire des Hommes Bleux avait été fondé par Édouard Moha né le 18 Décembre 1943 à Oulad Tayeb dans la tribu Rguibat. 

En 1972, le Morehob s’installa à Alger. Le Fondateur se rendit vite compte que le Gouvernement Algérien manoeuvrait pour l’utiliser dans le but de créer des difficultés au Maroc.

Ayant compris les tergiversations algériennes, Édouard Moha quitta Alger et s’installa à Bruxelles en Belgique puis à Paris en France.

En 1975, il rentra au Maroc s’installa à Rabat et opta pour la réintégration du Sahara à la mére-patrie, le Maroc.

Ayant relevé que ses espoirs dans le Morehob s’étaient évaporés, Alger se retourna vers le Polisario, créé le 20 Juillet 1973 en Mauritanie par El-Ouali Mostapha Sayed de la tribu Rguibat et dont la famille habitait à Béni Mellal en plein coeur du Moyen-Atlas ( N.B. : le mouvement du 23 Mars avait commis l’irréparable le 23 mars 1973 – soit juste 4 mois auparavant – notamment à Dar Bouâzza, Oulmés, Khénifra : j’estime que l’Algérie ne devait pas être très loin de cette action subversive et terroriste.)

Les cadres du Polisario étaient constitués par des marocains et des mauritaniens se rattachant à la mouvance révolutionnaire marxiste et socialo-tiermondiste.

Quand l’armée espagnole quitta définitivement le Sahara en février 1976, la création de la rasd fut annoncée et l’Algérie s’empressa de la reconnaître.

HISTOIRE D’UN PAYS ET D’UNE NATION 

Jusqu’à encore 1880, les frontières du Maroc s’étendaient jusqu’au fleuve Sénégal, à Tombouctou et à Gao au Mali actuel oú la prière du Vendredi était dite au nom du Sultan du Maroc.

Au XVI-XVIII siècles, l’Autorité Marocaine s’étendait jusqu’au Niger.

En effet, les frontières du Maroc précolonial dépassaient largement celles d’aujourd’hui vers l’Algérie, qui n’existait pas à l’époque et vers le Sud pré-saharien jusqu’au Sénégal.

À partir du Jeudi 26 Février 1885, 14 pays colonialistes réunis à Berlin, depuis le 15 Novembre 1884 décidèrent de se partager le Continent Africain.

La France et l’Espagne y avaient obtenu notamment l’Afrique Occidentale. 

Ils DÉCOUPÉRENT notre Pays en TRONÇONS : les frontières étaient alors tracées à la règle plate. Regardez bien les tracets rectilignes des frontières ; vous n’y trouverez pas une seule petite courbe.

La plus grande partie avait été soutirée à notre souveraineté et offerte gracieusement à un “pays créé ex-nihilo” en l’occurrence l’Algérie.

C’est dans le cadre de ce processus colonial que le concept “INTANGIBILITÉ DES FRONTIÈRES” avait été créé.

L’ALGÉRIE qui n’est née qu’en Juillet 1962, et qui conteste actuellement la marocanité de notre Sahara, devait être un “DÉPARTEMENT FRANÇAIS d’OUTRE-MER”. C’est pourquoi elle avait été créée.

L’Algérie n’existait pas avant Juillet 1962 ; revisitez l’Histoire.

Si, à présent, le Maroc est un ÉTAT-NATION, l’Algérie se recherche une identité dans des manuscrits inexistants d’une Histoire absente.

Depuis l’acte de Berlin du Jeudi 26 Février 1885 du partage de l’Afrique en colonies et protectorats entrainant des zones d’influence dans un cadre dit de “missions civilisatrices” aux guerres de libération, l’Afrique a, à l’instar des autres Continents, souffert des maux et sévices du colonialisme occidental.

Le Maroc État Arabo-africain a été victime de cette invasion et de cette injustice de l’Histoire contemporaine.

La récupération des mains espagnoles en Avril 1956 de la partie nord J’bala-Rif, de Tanger en 1956, de Tarfaya en 1958, de Sidi-Ifni en 1969, ne sont que la réintégration d’une partie amputée au même titre que sa partie centrale en Mars 1956 jadis occupée par la France en 1912.

Le retour à la mére-patrie du Sahara : Saquia-Al.Hamra en 1975 et Oued-Ad. Dahab en 1979 n’est que le parachévement de la fin d’un long processus colonial ayant tronçonné notre Pays en 1912.

Cette récupération avait été légitimée par l’avis consultatif de la CIJ qui stipule : 

“le Sahara n’était PAS TERRA NULLIUS  au vu du Droit Public International et les tribus nomades qui l’habitaient avaient des LIENS D’ALLÉGENCE AVEC LE SOUVERAIN MAROCAIN”

الصحراء لم تكن أرضا خلاء وكانت لسكان القبائل الرحل التي كانت تسكن بالصحراء ، علاقات بيعة مع سلطان المغرب

Certains pseudo-intellectuels versent dans une théorisation forcée et tirée par les cheveux de concepts tel que le traçage d’un cadre doctrinaire pour le mot PEUPLE. Ils se perdent ainsi dans une inventivité stérile de définitions puériles.

Il n’existe pas de peuple sahraoui aux sens sociologique, historique et juridique des termes, mais des tribus qui ont toujours eu des “LIENS D’ALLÉGENCE AVEC LE SOUVERAIN DU MAROC. “

Les liens étaient naturellement étroits et forts quand les rois étaient puissants et se relâchaient quand leur pouvoir s’affaiblissait.

Historiquement, politiquement, linguistiquement, culturellement, éthniquement et racialement, IL N’EXISTE PAS DE PEUPLE SAHRAOUI.

       DYNAMIQUE VISIONNAIRE 

Une stratégie constructive s’impose en substitution à la vision destructrice en remplacement des phantasmes obsolètes et des fantasmes anachroniques.

En respectant l’intégrité territoriale de notre Pays, l’Algérie ouvrira une page historique dans nos relations bilatérales.

Elle déclenchera ainsi une dynamique constructive de développement dans nos Pays respectifs, susceptible de se propager à l’ensemble de notre espace géographique à l’image d’une tâche d’huile.

Il reste entendu que toute hypothése de collaboration solidaire dans un objectif de fédération et de confédération des potentialités pour un développement régional intégré, transite indiscutablement par la reconnaissance de la marocanité de notre Sahara.

La position algérienne est la conséquence d’une analyse mécanique figée et d’une explication matérialiste erronée de l’histoire de l’ére marxiste-léniniste et d’une très mauvaise interprétation et compréhension du processus de l’évolution de la Société arabo-musulmane entendre ipso-facto maroco-algérienne.

En effet, notre Sahara est irréversiblement Marocain.

L’histoire n’est pas amnésique. 

En effet, le 06 Juillet 1961 le Maroc avait signé avec le GPRA-Gouvernement Provisoire de la République Algérienne / Farhat Abbas un accord stipulant que :

” Les problèmes frontaliers existant entre les deux Pays frères seraient résolus par la négociation dès que l’Algérie accéderait à l’indépendance.”

L’Algérie a toujours reconnu la marocanité du Sahara méridionale jusqu’en 1971 quand elle avait créé le Polisario – cf. la déclaration du Président Algérien feu Houari Boumedienne disponible sur Youtube.

En Octobre 1963, à la surprise de l’Opinion Publique Internationale, l’Algérie, sous feu Ahmed Ben Bella, faisait volte-face aux engagements  pris par le Gouvernement Algérien 2 ans et 3 mois auparavant et attaquait le Maroc à Hassi-Baïda.

Pour tout analyste lucide et sincère, l’affaire de notre Sahara se pose en ces termes : notre affaire du Sahara se situe entre notre Patrie le MAROC né 14 siècles avant et une certaine république algérienne phagocytée ex-nihilo par la France en 1839.

L’animosité idéologique alimentée par l’Algérie à l’encontre de notre Pays n’est que la conséquence de l’ère bipolaire d’avant Novembre 1989 et Décembre 1991.

Bizarrement, cette option idéologique sournoise devient une fixation voire une psychose collective chez la classe politique algérienne essentiellement dirigeante nécessitant une intervention psychanalytique collective urgente.

L’Algérie ne cesse de brandir la résolution 1514-XV du 14 Décembre 1960 fondant le droit des peuples à déposer d’eux-mêmes et à l’autodétermination. 

Cette résolution a été adoptée par 89 pays, DONT LE MAROC soit 88+1 POUR et 9 ABSTENTIONS. 

Cette résolution, rédigée notamment par le Maroc, ne saurait être appliquée à un ÉTAT SOUVERAIN né 14 siècles auparavant.

Cette résolution avait été votée et adoptée par l’Assemblée Générale de l’ONU / AG-ONU pour la décolonisation des pays encore colonisés et non pour la réunification des territoires d’un seul et même Pays et lui barrer la voie au retour à sa mére-patrie.

Le droit positif ne saurait être rétroactif.

Le livre présente les actes et traités accompagnés de certaines cartes du Maroc cf. ci-après.

Sa Majesté Le Roi SIDI MOHAMED VI, hafidahou-Allah, précise très clairement la politique du Maroc axée sur sa stratégie immuable :

“À cet égard, Nous réitérons notre rejet catégorique des agissements inacceptables par lesquels on cherche à entraver la fluidité du trafic entre le Maroc et la Mauritanie, à altérer le statut juridique et historique qui prévaut à l’est du mur de sécurité ou encore à se livrer à une exploitation illégitime des ressources de la région.

Le Maroc, fidèle à lui-même, ne se départira pas du bon sens et de la sagesse dont il a coutume. En revanche, c’est avec la dernière vigueur et la plus grande fermeté qu’il s’opposera aux abus cherchant à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité de ses Provinces du Sud.”

“Notre engagement à consolider la Marocanité du Sahara au niveau international n’a d’égal que Notre action soutenue pour que nos provinces sahraouies deviennent un moteur du développement régional et continental.”              

          Extraits du Discours Royal du 06 Novembre 2020.

عن الكاتب

صحفي

تاونات جريدة إلكترونية إخبارية شاملة مستقلة تهتم بالشأن المحلي بإقليم تاونات وبأخبار بنات وأبناء الأقليم في جميع المجالات داخل الوطن وخارجه.

عدد المقالات : 5590

2014 Powered By Wordpress, By MinِCom -- Copyright © All Rights Reserved - Taounate.Net

الصعود لأعلى